Analyse de hier matin de nos raisins de cépages oubliés. Cette deuxième récolte est pour nous interessante car elle relève plus du profil d’une année classique, en contraste avec la récolte 2020, marquée par une année solaire. Mais cela confirme nos analyses de l’année dernière sur nos sols de Graves. Le Castets est un cépage qui monte en alcool avec des pH plutôt hauts (on était au dessus de 4 l’année dernière). Le Bouchalès et le Jurançon noir ne montent pas en alcool, et le premier est marquée par une forte acidité. Le Saint-Macaire compense son degré élevé par une acidité bien marquée. A la dégustation, Saint-Macaire et Castets ont plus de complexité, même si le fruité du Bouchalès est assez remarquable. On a rentré les Jurançon noir hier. On enchaine lundi pour le Castets et on va suivre les autres cépages pour voir jusqu’où on peut les pousser. On a également nombre de cépages à goûter sur les premières grappes, mais que l’on ne vendangera certainement pas faute de volume suffisant. Si on évite les accidents climatiques en 2022, on devrait commencer à récolter des choses très intéressantes.

Analyse de hier matin de nos raisins de cépages oubliés. Cette deuxième récolte est pour nous interessante car elle relève plus du profil d’une année classique, en contraste avec la récolte 2020, marquée par une année solaire. Mais cela confirme nos analyses de l’année dernière sur nos sols de Graves. Le Castets est un cépage qui monte en alcool avec des pH plutôt hauts (on était au dessus de 4 l’année dernière). Le Bouchalès et le Jurançon noir ne montent pas en alcool, et le premier est marquée par une forte acidité. Le Saint-Macaire compense son degré élevé par une acidité bien marquée. A la dégustation, Saint-Macaire et Castets ont plus de complexité, même si le fruité du Bouchalès est assez remarquable. On a rentré les Jurançon noir hier. On enchaine lundi pour le Castets et on va suivre les autres cépages pour voir jusqu’où on peut les pousser. On a également nombre de cépages à goûter sur les premières grappes, mais que l’on ne vendangera certainement pas faute de volume suffisant. Si on évite les accidents climatiques en 2022, on devrait commencer à récolter des choses très intéressantes.
Retrouvez aussi
Retrouvez aussi