Le soleil s’est levé ce matin dans un voile de fumée, qui a pu atténuer les dégâts de ce soleil matinal. Mais la morsure du froid a eu raison de beaucoup de bourgeons qui n’ont pas résisté aux températures pouvant atteindre les -5 sur certaines parcelles. On s’était concentré sur la protection des parcelles les plus avancées. On a réussi à sauver une partie de nos merlots de vieilles vignes, mais les francs, sauvignons et malbec ont moins bien résistés. Pour le cabernet-sauvignon, il avait que partiellement débourré. On espère que les bourgeons dans le coton n’ont pas été touchés. Cette gelée intervient très tôt, on espère donc maintenant que les contre bourgeons vont bien sortir et être fructifères. Si on survit à la nuit qui vient, si on ne regele pas semaine prochaine, fin de mois, si la grêle et les maladies nous épargnent cette année, mon côté optimiste me fait encore espérer une demi récolte, mais on a encore un peu de chemin pour cela.

Le soleil s’est levé ce matin dans un voile de fumée, qui a pu atténuer les dégâts de ce soleil matinal. Mais la morsure du froid a eu raison de beaucoup de bourgeons qui n’ont pas résisté aux températures pouvant atteindre les -5 sur certaines parcelles. On s’était concentré sur la protection des parcelles les plus avancées. On a réussi à sauver une partie de nos merlots de vieilles vignes, mais les francs, sauvignons et malbec ont moins bien résistés. Pour le cabernet-sauvignon, il avait que partiellement débourré. On espère que les bourgeons dans le coton n’ont pas été touchés. Cette gelée intervient très tôt, on espère donc maintenant que les contre bourgeons vont bien sortir et être fructifères. Si on survit à la nuit qui vient, si on ne regele pas semaine prochaine, fin de mois, si la grêle et les maladies nous épargnent cette année, mon côté optimiste me fait encore espérer une demi récolte, mais on a encore un peu de chemin pour cela.
Retrouvez aussi
Retrouvez aussi