Vive le vin naturel ! Le saviez vous, Marcellin Albert est peut être le père du Vin naturel. Pas dans la définition qu’on lui connaît aujourd’hui, mais comme un vin élaboré simplement à partir de raisins, sans ajout de sucre. En 1906-1907, une grave crise met à mal le vignoble. Les cours s’effondrent. Des lois, notamment celle du 28 janvier 1903, détaxent le sucre. Il s’en suit nombre d’abus et certains produisent du vin, avec de l’eau, du sucre et quelques autres colorants ou adjuvants. Marcellin, vigneron et cafetier, prend son bâton de pèlerin et entraîne derrière lui nombre de vignerons en colère. Le 9 juin 1907, 600 000 manifestants dans les rues de Montpellier. La république perd le contrôle de la situation. Cette crise obligera l’état, dans les années qui suivent, à intervenir pour légiférer épouse contrôler de manière plus drastique la production de vins. Des lois successives qui aboutiront sur la création des Aoc en 1935. Et Marcellin, lui, il réclamait juste un vin plus naturel et l’arrêt des fraudes ! Pour la petite histoire, Clemenceau, en politique aguerri, arrive à mater la rébellion en recevant Marcellin Albert, en lui donnant 100 francs pour son billet retour et dès son départ fait passer sa propre version à la presse, et notamment le fait qu’il a accepté un billet. De retour au pays, il passe pour un vendu. Persona non grata, il finira par s’exiler en Algérie et meurt dans la misère.

Vive le vin naturel ! Le saviez vous, Marcellin Albert est peut être le père du Vin naturel. Pas dans la définition qu’on lui connaît aujourd’hui, mais comme un vin élaboré simplement à partir de raisins, sans ajout de sucre. En 1906-1907, une grave crise met à mal le vignoble. Les cours s’effondrent. Des lois, notamment celle du 28 janvier 1903, détaxent le sucre. Il s’en suit nombre d’abus et certains produisent du vin, avec de l’eau, du sucre et quelques autres colorants ou adjuvants. Marcellin, vigneron et cafetier, prend son bâton de pèlerin et entraîne derrière lui nombre de vignerons en colère. Le 9 juin 1907, 600 000 manifestants dans les rues de Montpellier. La république perd le contrôle de la situation. Cette crise obligera l’état, dans les années qui suivent, à intervenir pour légiférer épouse contrôler de manière plus drastique la production de vins. Des lois successives qui aboutiront sur la création des Aoc en 1935. Et Marcellin, lui, il réclamait juste un vin plus naturel et l’arrêt des fraudes ! Pour la petite histoire, Clemenceau, en politique aguerri, arrive à mater la rébellion en recevant Marcellin Albert, en lui donnant 100 francs pour son billet retour et dès son départ fait passer sa propre version à la presse, et notamment le fait qu’il a accepté un billet. De retour au pays, il passe pour un vendu. Persona non grata, il finira par s’exiler en Algérie et meurt dans la misère.
Retrouvez aussi
Retrouvez aussi